PHOTOS REPORTAGES

C'est comme si vous me disiez que ce soir, à la clarté de votre lampe de chevet, vous décideriez de lire « l'Oraison funèbre » de Bossuet, prélat de Louis XIV ; qui pis est si vous êtes d'obédience religieuse protestante ! C'est donc d'un écrivain que plus personne ne lit et qui connut ses grandes heures de gloires par ses articles journalistiques et ses livres regorgeant d'insolence incisive, dont je vais vous parler à travers quelques tableaux peints de personnages controversés, intellectuellement. Couronné du prix Goncourt en son temps, plébiscité puis raillé, il laissa sa littérature intacte des opinions qui la construisirent, à dessein qu'elle soit consultée par des gens curieux de nature  !

Voici comment un écrivain, pamphlétaire de surcroît, loin des critiques putrides de ce XXI° siècle fétide, dépeignit avec sentimentalité évidente un qui ne fut pas des siens, œuvrant au cours du XIX° siècle, puisque lui-même chevaucha aussi sur le XX°, en en regrettant le premier qu'il considéra comme culturellement accompli (les deux guerres mondiales auraient-elles pourri l'esprit des intellectuels ou donnèrent-elles plus de force à leur émancipation idéologique?) - « L'opium des intellectuels » de Raymond Aron en confirme la raison ! Sous sa plume descriptive, l'incision du portrait met au jour des traits en profondeur de hautes personnalités de la pensée dont celui qui interpella de façon plus intimement sa réflexion. Il fit le portrait d'un qui devait devenir le père d'une idéologie toujours contestée aujourd'hui et, cependant, adoptée maladroitement par quelques uns..., faute d'un contexte inapproprié. Non ! Ce n'est pas celle à laquelle vous pensez, sans y croire ! Bien sûr, l'incidence des lectures faites en amont de sa construction intellectuelle compte dans le développement de ses idées, comme en chacun qui cultive la littérature en sons sens épistémologique. Lui, on en parle au Collège, l'étudie au Lycée et le découvre à l'université dans les sciences sociales. Il passe à travers des grands thèmes de l'étude licencieuse que l'on lui devrait, au même titre de l'attention portée à Jean-Jacques Rousseau, par exemple. S'étant entiché d'une idéologie par la force des événements personnels et inaliénables à sa condition, il représente aujourd'hui encore le fondement d'une idéologie politique dévoyée de ses origines intellectuelles qui se sont adaptées à l'air du temps, fragmentées aux intérêts de chaque parti qui en revendique une essence politique. Nourri, entre autres, de Fénelon que l'on ne présente plus, il côtoya les auteurs révolutionnaires en son temps : Marx, pour ne pas le citer !  La société de maintenant a complètement abandonné son idéologie qui, prise au pied de la lettre, sonnerait le glas de nos systèmes sociaux ! C'est plutôt par nostalgie que l'illusion est faite à son sujet, en hommage à celui qui releva des points si particuliers de sa personne et dont un ouvrage majeur nous le rappelle à notre bon et loyal souvenir. Blasphématoire dans ses idées toujours portées à l'encontre du pouvoir politique, il combattit les pouvoirs en place avec pacifisme pour défendre la cause humaine avant tout autre considération sociale encline à favoriser une classe au détriment d'une autre ! En découvrant le personnage, déjà lu, s'entend, on s'affectionne pour son siècle quand la misère enfantée des souffrances sociales, inspirait les théoriciens de la genèse politique : celle qui construira les partis officiels que nous connaissons, ce jour. Et si l'on devait lui attribuer une position sociale, aujourd'hui, il serait du côté des gilets jaunes, mais peut-être pas de celui de Mélanchon ! Bref ! Vain serait de vous dévoiler son patronyme qui fait toujours frémir les chefs d'état ! Bonne lutte, casanière soit-elle... Jean Canal. 2 décembre 2018.

 

La littérature en voyage. Les plus grands voyageurs de la littérature se retrouvent chez des auteurs tenus secrets pour ne pas vous inciter à les lire. Continuez et ne vous en écartez pas, vos lectures d'auteurs contemporains, genre Amélie Nothomb qui fait le bonheur des femmes névrosées...et Houellebecq, un génie de la contemporanéité... Vous trouverez des écrivains impeccables qui n'ont rien à raconter et que la littérature a créé de toute pièce afin de répondre à vos besoins d'évasion réguliers. Et vous serez persuadés de lire quelque chose qui vous ressemble tellement que vous aimerez forcément ! Jean Canal ; bien sûr. 18/06/2016.

Tenez, essayez de trouver à qui appartiennent ces lignes : "J'ai le devoir de le dire. Car il est trop injuste qu'une si rare destinée et que la légende issue d'elle déformées, salies par les pleutres et les imbéciles, desservent un homme de cette classe." Novembre 2018.

 


Mes Chers Amis,                                    Novembre 2018

        Je vous écris de là-bas pour vous avouer que vous ne me manquez point. Ma mémoire a définitivement effacé vos noms et visages que je ne saurais plus reconnaître. s'ils se présentaient à moi. Une espèce de complète indifférence à votre encontre est venue s'instaurer en moi de façon très naturelle, en me convainquant que vous n'avez jamais réellement représenté une valeur quelconque pour mon être. Je n'irai donc, ni à vos anniversaires, ni à vos mariages, ni a vos baptêmes, ni à vos divorces et encore moins à vos obsèques. Évitez, je vous prie, de me solliciter pour une quelconque invitation qui aurait de l'importance à vos yeux, sous prétexte qu'il vous ferait plaisir de m'avoir à votre table (d'ailleurs, vous ne savez point cuisiner et les vins que vous choisissez sont sélectionnés par rapport à leurs prix et non leur cru! Et s'il vous arrive de tenter une confection culinaire, vous réduisez la qualité des produits acheter trop bon-marché pour être honnêtes... -restez donc entre vous : les gens que vous fréquentez, vous ressemblent, formant ainsi une communauté stéréotypée.) Vous savez pertinemment que quand on est mort, ceux sont les vivants qui vous reprochent de ne pas l'être ! Et si jamais vous n'assisterez pas aux miennes, d'obsèques, on vous le reprochera ! Tandis que moi, je vous inciterai plutôt à vaquer à d'autres occupations plus réjouissantes, vous évitant des faux frais chez le fleuriste du coin et des coûts de carburant en hausse ! Bref ! Le jour dit, faites-vous porter-pâle... Bien à vous, Jean Canal.

 

Trails

Expositions d’œuvres artistiques

Places

Écrivains et directrice de l'événement à Lodève

People

Tamen a proposito, inquam, aberramus. Non igitur potestis voluptate omnia dirigentes aut tueri aut retinere virtutem.